SOLITUDE BÉNIE OU HAÏE?

SOLITUDE BÉNIE OU HAÏE?
SOLITUDE BÉNIE OU HAÏE?

SOLITUDE bénie ou haïe ?

Bienfait ou pénitence. On aime ou on n’aime pas.

L’un est ravi sur les hauteurs des montagnes loin du bruit, des voitures, des bavardages et des relations. L’autre aime marcher des heures dans les bois.

L’autre est dans la tristesse car son conjoint n’est plus. Une autre est abandonnée. Un autre n’a pas trouvé l’âme soeur. Une autre a un mari toujours absent.

Solitude, tu es aussi liberté. Liberté de faire ce que tu veux, quand tu veux, de manger ou de jeûner, de crier, de chanter, de se lever tôt , de se coucher tard ou l’inverse.

Contempler le ciel, le voyage des nuages, la trajectoire des avions.

Admirer les fleurs, les regarder pousser, celles qui sont belles et les mauvaises herbes qui ont une persévérance dont on peut s’inspirer !

Penser, prier, méditer car on a du temps.

 

 

Parler au chien, jouer et se promener avec lui.

Se réjouir de le voir filer dans la forêt à 60 kms à l’heure.

 

 

Se retrouver, laisser percer la petite voie intérieure de ses désirs profonds.

Apprivoiser la solitude, être un bon compagnon pour soi-même.

Machines à vivre

Machines à vivre

MACHINES A VIVRE

Christophe André m’ a fait pénétrer dans « la climatisation mentale », au moins aussi importance que la climatisation mondiale.

Notre propre climatisation comporte 2/3 d’émotions positives et 1/3 d’états d’âme négatifs. L’inquiétude et la culpabilité nous permettent d’évaluer nos erreurs pour les éviter à l’avenir. Mais la rumination associée au sentiment d’impuissance se focalise sur les problèmes, pas sur les solutions.

Dans nos épreuves, une part nous instruit ; l’autre part nous détruit.

Parler et écrire sont bénéfiques dans les moments émotionnels pour atteindre la pacification. L’écrivain Thoreau parle de son journal comme « le calendrier des marées de l’âme ». Marcher aussi permet aussi de s’apaiser.

Paul Valéry dit que nous sommes des « machines à vivre ». Mais vivre comment ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Savoir héberger sa fragilité sans trop en souffrir.

« La tombe des menus maux est parfois plus oppressantes que les grandes souffrances  »,

dit Montaigne.

Accepter la souffrance, ce n’est pas la nier, dire que c’est normal, que c’est bien, ce n’est pas baisser la tête pour subir .

C’est lui faire accueil simplement. Je peux pleurer ou m’en foutre mais la souffrance est là . Que faire d’elle maintenant ? La traverser, nager dans le courant tumultueux. S’en instruire et en sortir changé(e).

 

 

 

 

 

 

DE-BOIRES

DE-BOIRES

La montagne face au Mont Blanc, 1700 mètres d’altitude. Le soleil si généreux que la neige en disparaît…

L’eau s’est faite rare sans pluie, ni neige. Maintenant notre source est tarie comme celle du voisin. C’est ça aussi le réchauffement climatique.

Alors nous revenons 100 ans en arrière.

Faire fondre la neige prend du temps mais pas seulement: le volume diminue de 90%.

Heureusement, des voisins nous ont apporté des bidons de 20 et 50 litres.

Il en faut pour cuire les légumes; l’eau est ensuite récupérée pour donner à boire au chien.

DE-BOIRE

Et on peut pas boire uniquement du vin et de la bière.

Pour faire la vaisselle, il en faut pas mal si l’on veut que cela soit propre.

On oublie quand on veut simplement se laver les mains que le robinet ne donne plus rien!

Se laver, les dents, les mains, arroser les toilettes.

Les lessives, on peut oublier ou descendre 20 kms. pour trouver un salon-lavoir.

Nettoyer les sols, ce sera pour une autre fois ou pour l’an prochain . Si l’on renverse un peu de ces lourds bidons, c’est aussi utile.

Broc et aiguière ont retrouvé une nouvelle vie pour transporter d’un endroit à l’autre.

 

DE-BOIRE

Je me souviens d’un voyage en Arménie après le tremblement de terre qui avait laissé de nombreuses familles dans des doumiks (abris provisoires recouverts de tôle). En visitant un de ces familles nombreuses, je demande avec naïveté à la maman dans mon sabir arménien où elle a l’arrivée d’eau.  La voila qui sort en courant vers le champ proche pour m’amener un verre d’eau qu’elle avait puisé au tuyau qui passait à 50 mètres…

C’est aussi le sort de millions d’Africains.

« Vive l’eau qui rend propre et qui rend beau »

Vous qui avez l’eau en tournant un robinet, vous ne connaissez pas votre bonheur.

 

 

 

 

Transplantés

Transplantés
Transplantés

TRANSPLANTES 

La guerre a poussé des milliers de gens hors de chez eux.

Sur les mers comme nous avons été sur les routes de l’exode en 1940, fuyant les bombes, les tanks et les fusils.

Actuellement, 1 % de la population mondiale est réfugiée.

Ces migrants du Proche-Orient vont au plus près. Ainsi, ce sont le Liban, la Jordanie et la Turquie, qui en ont le plus grand nombre sur leur sol. 

Le Liban, ce petit pays, en a accueilli 1 sur 4 habitants tandis que l’Europe n’en a reçu qu’un pour mille.

Le gouvernement français a envoyé les habitants de la jungle de Calais à différents endroits du pays avec un succès variable. L’accueil n’est pas toujours très chaleureux.

Ce n’est pas simple. Par exemple, une petite ville du Morvan doit recevoir une trentaine de réfugiés entre 20 et 35 ans. Que vont faire ces jeunes gens qui ne peuvent travailler, seuls toute la journée ? Une plante  ne repousse pas toujours bien quand elle est transplantée. Il y faut beaucoup de soins, d’eau.

On peut comprendre la peur des autochtones. Comment préparer ces derniers réellement afin qu’ils comprennent qu’ils vont s’enrichir sans se déraciner ? Les réfugiés ont les mêmes sentiments que nous comme tous les êtres humains. Ils n’ont pas la même culture, la même religion.

« Dialoguer, dit Jean-Pierre Denis 1 , revient à creuser en soi, cherchant sa source intérieure. L’expérience de l’autre ne relativise pas la foi, elle aide le chrétien à devenir davantage fidèle.

Dialoguer, cela s’apprend, même si c’est plus difficile que d’apprendre le mandarin…

Dialoguer, c’est aussi chercher la vérité. C’est laisser l’autre s’exprimer, non seulement l’écouter mais essayer de l’entendre (tendre vers) , c’est-à-dire de le comprendre (prendre avec). Ce qui ne veut pas dire être nécessairement d’accord avec lui…

1In La Vie du 22/9/2016