Un autre monde

Un autre monde
Un autre monde

P { margin-bottom: 0.21cm; }

Un autre monde.

 

Dans l’avion de Brussels Airlines, il n’y a qu’une vingtaine d’Européens parmi les 320 passagers de l’Airbus. Mais c’est à l’aéroport de Nd’jili , une fois sortis de la partie internationale, que l’aventure commence.

Les congolais, chargés d’énormes paquets, se bousculent pour être à nouveau enregistrés, puis contrôlés. Sur le tarmac, il y a encore plusieurs vérifications de la taxe d’aéroport, celle de la ville, du passeport. A l’intérieur de l’avion de CAA, pas de place numérotée et je tremble que ma guitare ne soit écrasée par les lourds bagages à main qui s’accumulent les uns sur les autres. Puis on appelle un grand nombre de passagers (pour une raison que nous ignorons) ; ce qui donne encore une bonne heure d’attente. Je sens que je vais devoir apprendre la patience !

 

A Mbandaka, c’est le soleil. Excellent accueil de Jean et de Soeur Geneviève. Un délicieux repas avec le poisson local, le Camba.

Nous découvrons « la parcelle » comme on dit là-bas ; c’est-à-dire la propriété. Dans le jardin avec des hibiscus rouges et jaunes, la petite maison de la soeur et la maison de Jean où nous avons chacune notre chambre fraîchement repeinte, lit avec moustiquaire, salle de bains avec eau courante et douche froide, salle de séjour avec canapés et grande table . S’y trouve aussi l’usine de purification de l’eau qui se vend bien, puis la petite maison de la Soeur.

 

Nous entendons le bruit lourd et continu d’un moteur : c’est le groupe électrogène qui nous accompagnera fidèlement durant tout notre séjour. Soudain à 9 heures, l’obscurité…le moteur est coupé pour la nuit. Dans ce coin de pays, ni l’eau, ni l’électricité ne vont de soi. Pour nous, Européens, l’électricité et l‘eau sont choses tellement habituelles que nous en oublions qu’elles ne jaillissent pas de la nature !

 

Les coqs chantent tôt dans ce pays, les congolais se lèvent de bonne heure, l’on entend du bruit dans la rue dès 5 heures du matin et l’on travaille dès 7 heures.

 

Mbandaka, une des premières villes fondées au Congo, par Mr Coquilhat en juin1883 sous le nom d’Equateurville, fut rebaptisée Coquilhatville

 sous la période coloniale, puis Mbandaka après l’indépendance. C’est une ville importante sur le fleuve Congo entre Kinshasa et Kisangani. Plus de 65.000 habitants mais moins de 5 kms de route asphaltée. Les rues sont recouvertes d’une poussière rouge, la latérite, su lesquelles roulent quelques 4×4 mais surtout des motos et des vélos.

 

 

Les rues de Mbandaka

Les rues de Mbandaka

Ni bus, ni poste, ni service de voirie. Les sacs plastique qui bordent toutes les rues sont les premières choses qui choquent l’Européen. Pour se déplacer, il y a les mots-taxis ou les vélos-taxis repérables grâce au petit tricot rouge posé sur le porte-bagages et qui est censé adoucir les chocs aux postérieurs…

 

La ville se trouve au bord du fleuve, ce géant magnifique qui, par endroits, ressemble à la mer. Nous avions très envie d’y naviguer. On nous proposa un voyage en pirogue. Non, « une pirogue pour verser dans le fleuve et être happé par les crocodiles » ? Ma peur relevait sans doute des lectures de Tintin ! Il n’y a plus de crocodiles mangés par les indigènes. Il n’y a plus non plus de faune sauvage car elle a servi de nourriture aux congolais armés de fusils.

 

Finalement, j’ai accepté car l’on partait dans un groupe de 6 et que la pirogue était longue de 15 mètres, équipée d’un moteur. Nous devions partir un matin à 9 heures mais l’on nous avisa qu’il y avait un petit ennui au moteur et qu’on nous annoncerait dès que ce serait réparé. C’est à 14 heures qu’on nous appela, qu’on installa les fauteuils plastique chinois (qu’on retrouve partout dans la région) afin que nous puissions nous asseoir confortablement.

IMG_3165

 

Départ ; après 5 minutes de navigation, panne et le marin de nous ramener au port à la pagaie !

Personne ne s’énerve , on est au Congo ! Des petites filles viennent danser devant nous et nous offrir de la chikwane, cette spécialité locale. Le moteur est réparé en une heure et nous voguons durant 3 heures. Longeons l’ancienne ONATRA, puis un joli village bâti sur pilotis appelé la Venise de Mbandaka, puis des plages de sable. Les jacinthes d’eau qui flottent et nous paraissent si jolies, sont dangereuses pour la navigation.

La Venise de Mbandaka

La Venise de Mbandaka

 

Le soleil se couche orange sur le fleuve. C’est un retour magnifique .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *