NON STOP

NON STOP

Il pleut : J’attends le bus sous l’abribus. Un bruit , ces voitures qui défilent à toute vitesse.

Un coup d’oeil à ma montre : le bus est en retard de 5 minutes, de 10 minutes. Je commence à m’énerver : je vais rater mon rendez-vous.

Aussi, j’avance d’un pas et fait le geste du pouce de l’autostoppeur en même temps qu’un sourire. Mais cela ne ralentit pas les voitures. Aucune ne s’arrête. Avec mes 82 ans, ai-je l’air d’un terroriste ? Est-ce que je fais peur à quelqu’un ?

Heureusement le bus arrive avec 15 minutes de retard. Ouf.

Une autre fois, il neige, il vente et fait froid. En l’absence de bus, je fais à nouveau du stop. une cinquantaine de voitures filent sous mon nez sans s’arrêter. Finalement, c’est une camionnette qui accepte de me prendre.

Après avoir remercié mon chauffeur, je lui pose la question : »Mais pourquoi les voitures ne s’arrêtent-elles plus pour les gens ?  Au siècle passé (XXe siècle), le stop fonctionnait très bien.

Plein de jeunes faisaient de grands voyages de cette manière. »

Et de me répondre : «  Les gens sont trop pressés et ils ont peur ! »

Quel dommage que cette entr’aide n’ait plus lieu. Elle permettait de charmantes rencontres et de bonnes conversations.

Quand je suis chauffeur, je n’hésite pas à prendre des jeunes ou des gens attendant bravement sous la pluie.

TAYBEH

TAYBEH

Ce nom ne vous dit sans doute rien.

Un nom inconnu ; un village non loin de Bethléem qui s’appelait autrefois Ephraïm, le seul village encore entièrement chrétien..

Charles de Foucauld y est passé à pied lorsqu’il se rendait à Jérusalem.

Situé sur une hauteur, Taybeh possédait une église byzantine du Ve siècle dont il reste quelques ruines.

Cette église était dédiée à St Georges, celui qui vainquit les dragons et qui est censé protéger des cauchemars.

Le village reprit vie grâce à un curé Ra’ed qui réussit à réunir 3 églises présentes là : les orthodoxes, les melkites et les catholiques avec énormément de diplomatie.

Taybeh n’était pas riche mais le dynamique curé proposa que l’on plante des oliviers. Récoltes excellentes qu’il fallait écouler…

Loin de tout, il se dit alors qu’il fallait utiliser Internet et l’on fixa donc l’antenne sur la croix de l’église.

Les Soeurs de la Croix de Jérusalem vinrent s’y installer et créer une école de qualité.

Ce sont d’anciennes cheftaines guides qui se sont inspirées pour leur ordre des valeurs du scoutisme: fraternité, service, droiture, joie et chants.

On peut visiter une petite maison arabe ancienne où l’on voit comment vivaient les gens il y a un demi-siècle : leurs instruments pour le travail de la terre, leurs moyens de conservation des aliments, leurs habits, leur manière de dormir.

Une grande encoche sous la porte nous intrigue.

Il s’agissait d’y passer la main pour se faire reconnaître par les femmes qui étaient obligées de rester à l’intérieur et ne pouvaient évidemment pas y faire entrer d’autres hommes que leurs fils, maris , frères ou pères. Nous en avons un exemple dans le Cantique des Cantiques au chapitre 5, , verset 4:

Mon bien-aimé passe la main par le guichet de la porte et j’en ai le coeur battant.

UN PETIT COIN BIEN TRANQUILLE

UN PETIT COIN BIEN TRANQUILLE

C’est un joli coin de pays dans la verdure et les bois.

A 5 kms d’un village, quelques fermes isolées et plusieurs villas résidentielles qui commencent à pousser. Des vaches et des moutons y broutent. On y voit de temps en temps des chevreuils et souvent des sangliers.

Là, on doit être bien tranquille, se disent les futurs propriétaires.

Durant les vacances d’hiver, une de ces fermes rénovées a été dévalisée. Puis la villa suivante. Les voisins commencent à avoir un peu peur.

Une nuit, l’un d’eux entend un drôle d’aboiement : un chien qui court en hurlant. Comme il ne voit rien , il se recouche.

Et bien, le chien était parti attaquer les moutons. Le propriétaire des moutons, un grand chasseur, empoigne son fusil . Quand il voit le chien se ruer vers lui menaçant, il tire .

Un petit coin bien tranquille ? Qui l’est redevenu actuellement grâce au bouche à oreilles de voisins.

Quelques jours plus tard, trois béliers sont venus me dire bonjour. Ils ont brouté la pelouse sans toucher à mes fleurs!

Y en a-t-il qui soit totalement exempt de crainte?

Bethléem

Bethléem

Il n’y a que 15 kilomètres entre ces 2 villes. Aussi notre chef de groupe, Jean-Bernard Livio a-t-il choisi de nous héberger à Bethléem. C’est un immense hôtel flambant neuf qui se dégrade déjà. Il est magnifiquement situé juste à côté de la basilique de la Nativité.

Vue de notre hôtel

Le vieux Bethléem comporte des ruelles étroites où les voitures roulent à une vitesse insensée.

Le grand Bethléem compte 45.000 habitants. Il est entièrement ceinturé par un mur. A l’intérieur, les Palestiniens en profitent pour dessiner leur colère avec un humour noir.

Vers 17 heures, on voit revenir à pied les ouvriers qui ont la chance d’avoir un travail à Jérusalem. Ils passent par ce poste de contrôle chaque jour. Pour les touristes en car, pas de problème.

Le trajet en voiture entre Bethléem et Jérusalem peut prendre de 20 à 45 minutes!

La circulation est dense en Israël et les accidents nombreux. Les Israéliens regrettent de ne pas avoir réalisé de chemin de fer. Maintenant, ils essaient de se rattraper en construisant une ligne qui va du Néguev à Tel Aviv et une ligne de RER pour les environs de Jérusalem.