Tag Archives: tristesse

Pas de crucifixion sans Résurrection

Pas de crucifixion sans Résurrection
Les crucifix sont dans toutes les maisons des chrétiens, des croix pendent au cou de beaucoup, des calvaires sont au carrefour de nos chemins. Ils s’affichent même sur des robes de grandes collections. (1)
Le Christ est venu vivre notre vie humaine dans toutes ses vicissitudes. Il n’a donc pas reculé devant la mort et a même accepté les souffrances horribles de la crucifixion; ce supplice inventé par les Perses  et réservé aux esclaves .
En ces jours de semaine sainte, en nous remémorant ces douleurs terribles du Christ, nous ne pouvons qu’être emplis d’une reconnaissance infinie.
Comment cet instrument de torture  peut-il être le signe d’une religion?.  C’est d’ailleurs à cause de ce caractère d’horreur que les premiers chrétiens ne l’affichaient pas mais préféraient l’agneau, le berger ou le poisson.
Si l’histoire de Jésus s’arrêtait là, s’il n’y avait pas eu de résurrection, nous ne serions pas chrétiens aujourd’hui. Mais bien les plus malheureux des hommes , dit St Paul.
Les protestants l’ont bien compris , qui n’exposent dans leur temple que des croix nues. Pour eux, le Christ n’est plus sur la croix: Il en est parti pour ressusciter, monter aux cieux.
Jésus s'envole vers le ciel
Pourquoi n’afficherions-nous pas deux images voisines la croix et la résurrection?
Des croix montrent le rayonnement de la croix par des rayons d’or. Certains artistes ont su montrer des croix ressuscitantes (2), d’autres en ont fait des arbres de vie.
Mais c’est dans notre coeur que les deux évènements devraient s’inscrire pour toujours, nous donnant ainsi l’espérance chevillée au corps, quelles que soient les circonstances.
(1) Exposition du Musée métropolitan de New-York en 2018.
(2) Voir le livre d’A. Libbrecht Gourdet, la croix à travers les âges et les cultures , Editions Fidélité.

Deux points de vue

Deux points de vue

Dans une maison de repos

 

_ Une dame longue et distinguée , bien vêtue, 95 ans avec qui je parle de la rénovation des églises proches, s’insurge contre les les frais occasionnés.

« La commune aurait mieux fait d’investir dans cette maison pour engager plus de personnel, mieux formé. »

Elle se plaint aussi de la nourriture.

  • Une dame tout en rondeur m’interpelle: « Vous avez déjà fait du parapente? » Et de nous raconter l’une à l’autre nos aventures aériennes.

« Ce sont mes enfants qui m’ont placée ici.J’ai pleuré durant 3 semaines. Puis je me suis dit: cela sert à quoi de pleurer? Et maintenant, je suis très contente d’être ici: je me suis fait des amies, il y a des animations, une bibliothèque. Et la nourriture est bonne.

Cette ancienne commerçante me dit avoir la maladie d’Alzheimer; j’ai peine à la croire.

 

Comment la même maison peut être vue différemment selon les personnes. ..

Oui, nous avons chacun des lunettes aux couleurs bien différentes.

 

Bonne année?!?!

Bonne année?!?!
Bonne année?!?!

BONNE ANNÉE ?!?!

Combien de fois avez-vous entendu ce souhait ?

Combien de fois avons-nous écrit ce même voeu ?

Vous y croyez, vous ?

Début 2016, nous en avions bien envoyé aussi plein des voeux d’espoir. Cela n’a pas empêché les accidents de la route, les crashs d’avion, les attentats, les inondations, les guerres, les familles qui se déchirent.

Alors mon souhait le voici, plus modeste.

Trouver l’équilibre entre ce qui est gris, difficile, triste et ce qui est lumineux, doux et chaleureux.

 

 

Sur l'arbre glissant de la vie

 

Oui, l’arbre de la vie est bien glissant. Souvent attirés par Internet, par la pub, par la propagande ou par le simple besoin de reconnaissance, nous faisons des bêtises.

Rechercher cette paix qui rend stable en dépit des vents contraires.

Cela tombe bien : la méditation et la pleine conscience sont à la mode. (1)

Trouver au fond de nous le contrepoids qui permet d’avancer vers l’infini : l’amour du Tout Autre et la tendresse reçue et (ou) à donner.

(1) Clarisse GARDET, Méditer avec les enfants, Livre de poche.

Etiqueter

Etiqueter
Etiqueter

Etiquetter

 

 

Dans la conversation de tous les jours, en voulant faire de l’humour, nous avons vite fait de lancer un nom à l’autre, comme une étiquette. Nous croyons avoir été drôles..

 

en nous assurant en même temps un certain succès de rires dans le public

 

 

Ainsi une enseignante à une élève un peu lente : »Tu es vraiment la tortue de la classe. » en pensant que cela fera changer l’autre sans Traiter du nom d'un animaldouleur…

 

 

Tenant un magasin d’art ménager, des parents recevaient de temps à autre de gros arrivages de vaisselle et demandaient à leurs enfants de les aider à les décharger. Ce qui n’amusait évidemment pas les garçons de 1o-12 qui essayaient d’expédier la chose rapidement. Craignant une casse de la vaisselle, l’un dit : « Tu es un éléphant dans un magasin de porcelaine. » L’éléphant en question a quitté les lieux refusant ainsi d’ aide encore.

Donner un nom d'animal

Donner un nom d’animal

 

 

Et bien non, cela laisse des traces :

 

 

Une dame d’un certain âge hésitait à suivre un nouveau cours. L’animatrice lui demande ce qui la freine dans son inscription. « Quand j’étais enfant, l’école disait de ma famille , ils ne peuvent rien apprendre, ils sont trop bêtes. » A 60 ans, elle en était encore marquée !

 

 

Je me rappelle un monsieur de plus de 90 ans sur son lit me confier avec tristesse : « Mon père me disait : Tu n’es qu’un imbécile. »

 

 

Alors, quelle est ma forme d’humour ? Comment est-ce que je dis les choses aux autres ?