COVID 19

COVID 19

LE COVID 19, on n’entend plus parler que de cela.

Il est dans toutes les bouches, bouscule les programmes, bouleverse le travail, renverse l’économie, emplit les journaux télévisés, barre les frontières, sépare les personnes, empêche les gestes de tendresse et d’encouragement.

Bien sûr, la maladie peut être dangereuse et laisser des traces dans l’organisme. Mais dans la majorité des cas, elle est bénigne.

Il faut être prudent et penser à ne pas nuire aux autres.

Mais les chiffres sont là pour ne pas nous faire perdre la tête. On meurt plus de la grippe classique, de suicides , de cancers et d’accidents de la route.

Le nombre de cas augmente , c’est vrai, en ce début d’automne mais celui des décès diminue fortement. On peut donc être contaminé sans en mourir.

Mon propos est de diminuer cette phobie, cette folie qui nous empêche de vivre.

Le plus important, n’est-il pas de garder, d’entretenir des relations normales ?

Le nombre de personnes décédées dans les maisons de personnes âgées n’est-il pas dû, en grande partie, aux dépressions consécutives à l’absence de visites; donc de liens? Les psychologues ont aussi noté que les petits enfants sont perturbés de voir des personnes masquées. Ne nous laissons pas envahir par la peur qui paralyse les relations.

André COMTE-SPONVILLE dans une interview du journal La Croix du 24/8/2020 :

« Ne comptez pas sur le Coronavirus pour obtenir ce que les Evangiles, depuis 20 siècles, n’ont pas réussi à faire : supprimer les égoïsmes, la violence, la haine.

Quant à moi, lorsque je vois une personne âgée embrasser ses petits-enfants, j’ai plutôt tendance à me réjouir. En voici une, me dis-je, qui met l’amour plus haut que sa seule santé. Cela me semble plus fidèle à l’esprit des Evangiles que l’ordre sanitaire qui tend à s’imposer. »

Je crois aussi que la religion chrétienne est la seule à attacher de l’importance au corps comme temple de l’Esprit. Lors des funérailles, on encense le corps du défunt qui est donc considéré  comme bien plus que  un amas de chair inerte. Le Christ n’a-t-il passé beaucoup de temps à guérir des malades en les touchant ? Leur corps ne lui était pas indifférent.

Le contact humain est la chose la plus naturelle et la plus importante.

Comment la tendresse humaine peut-elle se transmettre dans ces conditions ?

Comment imaginer une juste mesure entre respect de la santé de tous et la manifestation de l’amour?

One Response »

  1. Bonjour Anne, je suis entièrement en accord avec toi, lorsque je vois mes enfants, petits enfants, nous nous embrassons naturellement comme auparavant..Les contacts affectueux et tendres sont primordiaux pour moi.
    Au Plaisir de te lire ou de te voir,
    Christiane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *