PARDONNER ?

PARDONNER ?

 

PARDONNER ?

 

Il y a quelques semaines, on annonçait le décès de Maïté Girtanner. Née dans le canton de St Gall d’un père suisse et d’une mère française. A la mort de son mari, la maman retourne à Paris avec sa fille. Maïté est une jeune juive, très douée pour le piano : elle promet de devenir une virtuose. Mais la guerre éclate. La jeune fille joue des concerts très appréciés, même par les officiers allemands car elle parle leur langue.

 

A 17 ans, Maïté se lance dans la résistance et fait passer la ligne de démarcation à des tas de gens.

Arrêtée dans une rafle à Paris, elle est enfermée au secret dans la pire des geôles. Là, elle subit des expériences médicales torturantes par un jeune médecin de la Gestapo. Ce Léo la faisait souffrir sans la tuer , lui faisant perdre l’usage de ses doigts. Elle en est restée handicapée et souffrante toute sa vie jusqu’à sa mort à 92 ans.

 

Même les bourreaux ont une âme

 

 

 

Devenu vieux, Léo a été empli de remords. Atteint d’un grave cancer, il a demandé à la revoir. Maïté a accepté. A la fin de l’entrevue, Maïté a déposé un baiser sur sa joue. Léo est mort avant elle.

 

Comment est-ce possible ? Comment peut-on pardonner à un homme qui vous a démoli et a détruit votre vie ? Maïté Girtanner en a fait le récit dans une petite brochure: « Même les bourreaux ont une âme,. »

 

Voir la vidéo www.youtube.com/watch?v=lrIIQ0nWvH0

 

Le pardon donne libération à celui qui a commis la faute mais aussi à celui qui en a été victime. Libérée de la rancune, des obsessions négatives de mort, la personne blessée peut à nouveau penser à autre chose, s’ouvrir à la vie.

 

Je ne pourrai véritablement pardonner que, si j’ai d’abord pris conscience du tort qui m’a été causé, vidé ma colère et ma peine.

 

C’est le Christ qui a invité ses disciples stupéfaits à pardonner jusqu’à 70 fois 7 fois. Ce qui est aussi demandé à tous les chrétiens. Cet acte si difficile à entreprendre est le don parfait (par-don) s’il est sincère et du fond du coeur.

 

Beaucoup de psychologues, même non chrétiens, en disent le bénéfice de libération.

A l’heure actuelle, même des hommes politiques demandent pardon. Espérons que ce ne soit pas qu’un effet de mode !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *