SILENCE ET PAROLE

SILENCE ET PAROLE

LE SILENCE ET LA PAROLE

Il est de mauvaise humeur. Donc, il ne répond pas, ne s’intéresse pas à ce qu’elle lui raconte. Elle a beau essayer de le dérider , cela ne marche pas. L’inverse aussi arrive. Quand elle est fâchée contre lui, elle ne dit plus rien, c’est le silence et lui, en est malade et se sent vraiment puni.

Les veufs, les veuves , les célibataires ont parfois la langue qui leur démange. «  Il y des semaines où je n’ai personne à qui parler », me confie ce veuf. Dans cette solitude, leur voix s’atténue ; Certaines personnes ne la retrouvent avec difficulté que lors de vacances pour seniors.

Il y a des silences pleins de rancoeur, de colère, d’insatisfaction, de désir de ne plus communiquer.

Il y a de bons silences doux, apaisants, fructueux où le non-verbal suffit à la communication.

« Parler pour ne rien dire » n’est pas une solution.

Se parler, c’est entrer vraiment en contact avec l’autre : lui dire et être écouté ou écouter et dire dans un autre ordre.

Il y a une règle de la charité dialogale : chacun doit faire l’hypothèse que ceux avec lesquels il n’est pas d’accord sont au moins aussi intelligents et aussi moraux que lui.(Alain Caillé)

Les enquêtes montrent que le portable n’est pas a priori un outil de communication ; il privilégie l’instantanéité, l’immédiateté, l’urgence. Avec les réseaux sociaux,on a tout libéré de la parole la plus sensée à la parole la plus extrême. Derrière un écran, les gens sont-ils eux-mêmes, s’interroge le bloggeur Thierry Crouzet ?

Il semble que les rassemblements des gilets jaunes montrent surtout un besoin criant de parler et d’être écouté, de ne plus être seuls dans sa misère ou ses difficultés. Il n’y a presque plus de place du marché ; les caissières sont remplacées par des machines.

Autrefois, lorsqu’il n’y avait pas de téléphone portable, ni de téléphone du tout, comment se parlait-on ? Il y avait le ton de la voix, les expressions du visage, les gestes qui accompagnent et modulent les mots. Ce qui est toujours là lorsqu’on se trouve face à un interlocuteur.

« La parole est la main de l’esprit … C’est le lien et le ciment de la société humaine » disait déjà en 1606 le Traité de la sagesse de Pierre Charron.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *