Category Archives: Histoires de découvertes

Voyage en Iran

Voyage en Iran
Voyage en Iran

22 septembre – 2 octobre 2015

  • 22 septembre

Nous quittons l’Ibis Orly pour l’aéroport où nous retrouvons facilement notre groupe de Français retraités sympathiques et notre guide, Colette Deremble, tout petite, déjà habillée à l’iranienne.

Au guichet d’Iranair, on refuse de m’enregistrer car le nom inscrit sur le billet d’avion, est Mme Libbrecht ; ce qui ne correspond pas à celui de mon passeport qui est mon nom de jeune fille. Discussions, recherche de papiers où se trouveraient mes 2 noms : rien ! L’angoisse : est-ce que je rate le voyage ou est-ce que je paie un nouveau ticket ??? Les employés qui se succèdent qu guichet me promettent le remboursement à mon retour à Paris. Ce que je n’ai jamais pu obtenir !

L’avion a 2 heures de retard. A l’atterrissage à Téhéran, nous avons mis nos voiles sur la tête. Nous trouvons notre guide Ali et montons dans un car qui nous mène à QOM.

    • 23 septembre

QOM est une ville sainte car la soeur de l’iman Reza, Fatima, y est enterrée dans un tombeau du 9e siècle. C’est la ville d’origine de l’Ayatollah Khomeiny et l’on croise beaucoup de mollahs.

    • 24 septembre

Nous roulons toute la journée entre le désert et les monts Zagros. Un arrêt à pour voir la mosquée seljoukide Pa Manor de 1068, remarquable par son jeu de briques, puis la mosquée Jameh.  IMG_4537

Enfin un superbe mausolée moghol dont le minaret est couvert de magnifiques céramiques vernissées faite de turquoises et de cobalt. Les trois sujets dessinés sont : l’écriture, la nature et les mathématiques.

La mosquée de l’Eman, celle de Sheik Lotfollah. Nous restons des heures à admirer les compositions abstraites où la mathématique se mélange à la géométrie et à l’écriture qui est belle en elle-même.

La beauté des briques émaillées

La beauté des briques émaillées

C’est l’apogée de l’art seldjoukide où les lotus, pivoines, feuilles biphides s’entremêlent dans un jeu de lignes et de lettres saisissant. Les seldjoukides se convertissent à l’islam en 1060. Sur les côtés de cette place, des arcades où se tenaient les boutiques.

Le palais d’Ali Kapur, grand monarque, est au milieu de la place avec une terrasse dominante. Nous montons jusqu’au salon de musique où se trouvent des peintures extrêmement fines.

Visite chez le miniaturiste Ali Fotowat qui nous fait une démonstration de sa peinture avec des pinceaux de poils de chat! J’y achète une miniature du poète Hafez, érudit compliqué de Shiraz.

  • Les poètes :
  • 900 : Roubaki
  • 1000 A la demande du roi Shah NameuFerdousi écrit l’histoire des rois, 60.000 vers
  • 1050 Omar Khayam, mathématicien et poète : humour et critique
  • 1141 : Nisami est un azéri, difficile à traduire, mystique, Le livre d’Alexandre ;
  • Hatar : La conférence des oiseaux, métaphore de la sagesse spirituelle
  • 14e siècle, Saadi et Hafez, poètes mystiques qui parlent du désir de Dieu.

Les Arméniens, installés depuis des siècles en Iran, y ont construit tout un quartier avec écoles, église, etc. L’église de style néo-roman qui date de 1664 est très simple à l’extérieur mais débordante de fresques à l’intérieur. Dans le musée voisin, une mitre du 19e siècle montre une croix avec des anges qui enlève le Christ.

Dîner dans le jardin magnifique de l’hôtel Abassi.

  • 25 septembre 

Au jardin des 40 colonnes, Colette nous explique que le jardin dans la culture iranienne de l’époque représente le paradis, évoque la puissance céleste et montre la puissance du roi. Les peintures du pavillon montrent le paradis, représenté par le jardin, le banquet (carafe solaire et coupe lunaire) et la chasse. Au pavillon des 4 paradis, sont peints 30 oiseaux.

Quittons Ispahan pour Naïn, ville de 30.000 habitants au milieu du désert où l’on parle encore le dialecte ancien. Les maisons comportent des ouvertures qui rendent la température plus agréable. Une mosquée de l’an 900 avec des colonnes en briques et en stuc.

  • 26 septembre

Nous reprenons la longue route au milieu du désert. Montons à pied aux tours du silence où les zoroastriens mettent les cadavres de leurs défunts. Quand les vautours ont fini de manger les chairs, les os sont rassemblés pour être placés dans un ossuaire. IMG_4569

Nous visitons une ancienne ville et pouvons voir une tour de vent : système simple et pratique avec des orifices dans le bas qui provoquent des courants et rejettent l’air chaud vers le haut dans un pays où la température atteint souvent 40 degrés.

Soirée étonnante au club de Zurkané. Cet ancien sport achéménide est actuellement surtout pratiqué par la classe ouvrière. C’est un sport de lutte libre qui se fait à grand renfort de musique avec tambours. Cela commence dès le plus jeune âge/ des garçons de 10 ans commencent à faire tournoyer des massues, puis de jeunes gens et enfin les champions avec d’énormes massues.

  • 27 septembre

360 kms dans le désert.

Première halte à ABARKUH pour visiter un mausolée seldjoukide.

Puis nous traversons le Zagros et le paysage commence à changer.

Dans l’oasis de TURS, admirons une glacière en forme de ziggurat. On y gardait les poissons et viandes salées dans l’au, la paille et des blocs de glace. 2 portes pour établir un courant d’air ; une coupole haute qui réduit le temps d’ensoleillement. Ce système ingénieux a été utilisé jusqu’en 1930.

Après les montagnes, nous arrivons dans les plaines cultivées qui ont jusqu’à 3 récoltes par an.

A PASARGADES, le tombeau de Cyrus est une grosse déception. Il était entouré de colonnades et de jardins ; les bijoux et l’or placés à l’intérieur ont été volés. Subsistent 3 degrés de mégalithes, un escalier qui fait penser à une ziggurat.

Traversons la route pour nous rendre à NAQSH-ROSTAM pour voir les tombeaux des rois Xerxès, Darius I et II qui sont creusés dans la falaise rocheuse ornés de reliefs avec défilés de soldats.

  • 28 septembre

Lever matinal pour être les premiers sur le site que j’attendais avec impatience : PERSEPOLIS, cette merveille de l’art achéménide qui a été brûlé par Alexandre. A l’entrée, des colonnes gigantesques où se retrouvent tous les styles. En bas, de ces chapiteaux composites, influence égyptienne avec lotus et ombelles ; au milieu, volutes ioniennes, ; en haut, des têtes de taureaux assyriennes.

D’immenses escaliers permettaient les cortèges d’offrandes des peuples au grand roi. Ceux-ci sont magnifiquement sculptés sur les reliefs subsistants. La salle hypostyle de l’Apadana faite de colonnes de cèdre a complètement disparu dans l’incendie.

Arrivée à SHIRAZ, ville à son apogée aux XIII et XVe siècles, puis détruite en 1747. Karim Khan a fait construire la citadelle et la mosquée du Régent. Dans celle-ci, de jolies colonnes torsadées mais les céramiques portent des roses un peu mièvres.

Dans la mosquée Nasir-Al-Molk, ce sont des paysages européens qui figurent sur les carreaux émaillés.

L’après-midi, nous allons prier à la mosquée Shah Shirak. Après la séparation des sexes, nous sommes enveloppées des pieds à la tête par le tchador afin de pouvoir pénétrer dans la mosquée. Celle-ci est bâtie autour d’un mausolée garni d’éclats de miroir. Chaque groupe est accompagné d’une personne portant un large bandeau International affairs qui est chargée de nous guider. Très avenante, elle veut répondre à nos questions et explique le chiisme est une religion de paix. Aussitôt la question d’une d’entre nous fuse : « Et Daech ? »

Plusieurs Iraniennes se lèvent pour répondre : « Mais Daech, ce n’est pas l’Islam ! » Toutes ces femmes nous sourient et nous regardent avec sympathie.

On nous avait prévenus que la prière à la mosquée ne ressemblait pas au recueillement de la nôtre. En effet, les petits enfants accompagnent leurs mamans qui bavardent ou regardent un livre, prennent le sein, crient ou pleurent, courent entre les femmes assises. L’ambiance est fraternelle et bon enfant.

  • 29 septembre

Départ de Shiraz à 8 heures du matin. Après la traversée de montagnes désertiques, quelques amandiers et chênes qui sont remplacés par des palmiers quand nous arrivons dans la plaine.

BISHAPOOR est une ancienne ville sassanide (224-642) dont on voit encore les murailles aux donjons arrondis.

Avant de quitter Shiraz, allons au mausolée du poète Hafez situé dans un joli jardin. De nombreux visiteurs iraniens y viennent en famille.

Puis prenons l’avion qui nous mène à 23 heures à Téhéran. Courte nuit au très bel hôtel Nisou.

  • 30 septembre

Face à l’église arménienne, se trouve le temple zoroastrien que nous pouvons visiter après demande instante. A l’intérieur, des prêtres en blanc entretiennent un feu.

Passage au bazar où les baux tapis voisinent avec les soutiens vert fluo !

Après, c’est le Musée national plutôt décevant malgré la belle statue de Darius, quelques reliefs d’archers et des colonnes composites.

Puis le musée des céramiques et le musée ABAssi, qui expose sur 3 étages des enluminures, des céramiques et des bronzes du Louristan.

Le soir, repas de gala à l’hôtel qui est géré par un Iranien ayant épousé une Italienne. La finesse italienne se sent partout.

  • 1er octobre

Tandis qu’une partie du groupe dont mon mari va vers le Nord, je décide de prolonger la visite de Téhéran avec les Touzet et les X.

Le matin, panne d’électricité : de ma chambre, je ne puis téléphoner. Dans le corridor, tout est tellement noir que je ne peux trouver une porte de sortie. L’angoisse monte en moi tandis que par la fenêtre, je vois le buffet du petit déjeuner. J’appelle notre guide sur mon portable, puis un compagnon du groupe. Rien ne bouge. Je repars à tâtons dans le corridor et entends des voix françaises de l’autre côté d’une porte ; je la pousse, c’est l’escalier, je suis sauvée. Mes compagnons croyaient que je dormais encore !

Sous la bonne conduite de Xavier, nous partons en taxi au palais royal, intéressant au point de vue historique mais sans beauté. Seul le grand escalier entouré d’éclats de miroir (c’est une mode en Iran) est grandiose.

C’est fascinant de marcher en ville, de voir cette circulation folle qui ne s’arrête jamais aux passages piétons mais klaxonne pour dire bonjour aux touristes. On risque sa vie à chaque traversée de rue ou de carrefour.

Nous marchons dans la ville, prenons le métro, rencontrons les gens. Les jeunes qui parlent anglais nous demandent tous : « Qu’est-ce que vous pensez de l’Iran ? »

Femmes voilées piqueniquant gaiement entre elles

Femmes voilées pique-niquant gaiement entre elles

 

La sortie de métro qui va au bazar déverse des flots de femmes voilées toutes noires.

Nous décidons d’aller nous acheter des raisins au bazar et pique-niquons sur les bancs d’un petit jardin public.

Puis traversant un grand parc public, nous voyons un kiosque rempli d’hommes jouant aux échecs. Nous allons y prendre un « chai » au milieu des joueurs. Et arrivons au Musée des tapis de très belle architecture et de belles œuvres qui font vibrer mon goût des tapis alors que je n’en ai sagement acheté aucun.

IMG_4401

 

DE BELLES CHOSES

DE BELLES CHOSES
DE BELLES CHOSES

DE BELLES CHOSES.

En ces temps troublés, on n’entend que de mauvaises nouvelles.

Les êtres humains s’entretuent, se font une guerre économique, se séparent ou ne se parlent plus.

Mais il y a aussi de très belles réalisations dans le domaine des relations humaines.

Un original, le Père Patrick Tyrell : un Irlandais de 82 ans qui est l’instructeur Gordon (1) qui a enseigné à plus de 3500 personnes, donné 170 cours pendant 34 ans en Irlande et dans la paroisse de Notre-Dame du Secours Perpétuel à Chicago. Il organise aussi des camps d’ados pour leur apprendre les messages JE et l’écoute active… disant que cela le garde jeune !

A ABOBO, bidonville au nord d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, les religieuses xavières ont mis sur pied une formation à la paix pour les enfants et les jeunes : « On apprend à donner la parole, à régler des conflits et à mieux gérer notre colère. » dit l’une des filles.

Ces clubs de la paix ont fêté leurs dix ans . Les Soeurs ont travaillé avec les instituteurs du quartier, ont formé des animateurs. Elles rêvent désormais d’ouvrir une école de parents pour toucher aussi les adultes.

Plus près de chez nous, le gouvernement britannique va proposer aux parents une formation pour les aider à mieux élever et discipliner leurs enfants. David Cameron détaille la mesure dans un discours. Il veut mettre l’accent sur le fait que ces cours s’adresseront à tous et non seulement aux familles en difficulté. En pratique, le gouvernement distribuera des vouchers aux familles pour les inciter à participer à ces cours de parentalité.

Des nuages roses à l'horizon

Des nuages roses à l’horizon.

 

 

 

 

 

Et chez nous, en Wallonie, il existe, depuis 2005, un service que nous envient les français.

La justice restaurative. Que signifie ce beau mot nouveau ? Il s’agit d’organiser des rencontres entre des prisonniers et les victimes tous volontaires. Le médiateur permet à chacun d’exprimer ses sentiments au sujet de ce qui s’est passé et éventuellement, de demander réparation. Les bienfaits ne tardent à se faire sentir des deux côtés : plus de paix, de considération et surtout moins de récidives. « Maintenant, je me sens un homme et plus seulement un assassin » , dit l’un des prisonniers. Je peux reconstruire ma vie. »

Rien que des bonnes nouvelles.

 

 

1Formation à la communication interpersonnelle et à la résolution de conflits. Pour plus de détails, voir mon site.

La neige tachetée

La neige tachetée
La neige tachetée

En montant vers les hauteurs des Alpes, nous ne voyons que promeneurs, cyclistes : la terre est brune, brune. Seul le Mont Blanc est encore blanc.
A St N. de V., 1100 mètres, le village est comme en plein été et des voitures pressées les unes contre les autres. Nous continuons à monter jusqu’à 1500 mètres. Le parking est plein mais la neige a été remplacée par un immense tissu blanc qui entoure le restaurant. La station a tenté d’aménager pour les enfants 3 pistes de ski au milieu de l’herbe. Etrange spectacle qui rend impossible toute montée plus loin. Pas de téléski, ni de motoneige, encore moins de voiture possible. Seul le télésiège du chef-lieu reliant le village fonctionne gratuitement pour consoler les pauvres touristes déçus. De mémoire de Savoyard, on n’avait jamais vu cela !

Alors que je vais interroger notre ami restaurateur, E. empoigne le chien et décide de monter à pied. P. nous déconseille fortement de monter sans crampons à cause de la glace vive qui s’est formée. Un habitué de la montagne a eu un traumatisme crânien en marchant plus haut.
Je redescends alors en télésiège pour acheter des crampons qui sont épuisés dans le premier magasin. J’en trouve  dans le second et remonte.

Ce qui reste de la piste de ski.

Ce qui reste de la piste de ski du Vanay

Au resto, on me prête 2 bâtons et je m’offre une soupe pour prendre quelque force avant de monter. Une serveuse me conseille de demander de l’aide aux pisteurs. J’hésite à m’adresser au chef qui est souvent revêche. Puis je me décide et lui expose tout le charroi et les vivres périssables que nous avons à monter au chalet. Contrairement à toute attente, la réponse est positive : ils doivent de toute façon monter chercher quelque chose au Plane, soit à côté du chalet.

Je me hâte de sortir de la voiture les objets les plus fragiles et importants que je charge sur le quad avec l’aide de Mario. Puis je monte derrière le chauffeur sur le quad qui est dûment chaîné. La montée est secouante entre les bosses de l’herbe, la glace qui nous fait virevolter, les rares traces de neige mais nous arrivons au chalet, sains et saufs à la grande joie d’E. Le gentil M. nous propose de monter encore le reste des bagages avec E.

Celui-ci est monté péniblement, tiré parfois par le chien. Arrivé au chalet, le volet électrique ne s’ouvre pas. Il lui faut donc entrer à 4 pattes par le trou d’homme secret qui est installé au cas où l’électricité ne fonctionne pas… Mais elle fonctionne et il allume le chauffage.

Après avoir charroyé, porté, rangé, nous nous asseyons pour souffler.
La montagne, ça se mérite, dit E., heureux d’être là.
Seule une bonne flambée me réconcilie avec la vie !

30/12/15

JE REVIENS DE LOIN

JE REVIENS DE LOIN
JE REVIENS DE LOIN

JE REVIENS DE LOIN.

Beauté de la côte Est

Beauté de la côte Est

 

 

D’un tout petit pays de 26 millions d’habitants.

 

Une île qui est le coeur heureux de l’Asie.

 

Depuis 1950, ce pays n’a fait que se développer et se moderniser.

 

Très réussi . Une nature superbe: le bord de l’Océan Pacifique,

 

des villes surpeuplées et des gratte-ciels magnifiques.

Surtout une atmosphère paisible , souriante, où l’on se sent en parfaite sécurité.

La tour 101 qui n'est plus que la 3e en hauteur dans le monde

La tour 101 qui n’est plus que la 3e en hauteur dans le monde

 

 

Et cependant, tout est à l’envers de chez nous.

 

 

– Dans les villes, tout est de dimension colossale. On se sent un peu perdu dans la foule !

 

  • Dans les bus, on entre par l’avant , on paie en sortant aussi par l’avant.

  • La circulation est calme car la limitation de vitesse partout est de 100 à l’heure. Les voitures roulent chacune dans leur bande comme si elles suivaient un rail. En fait, elles sont souvent dans la bande de gauche et dépassent allègrement aussi bien à droite qu’à gauche. Les routes sont souvent à 4 bandes, parfois plus. Il y a une bande de droite qui est réservée aux scooters qui sont des millions à Taiwan.

 

 

Scooters prêts au départ du feu vert.

Scooters prêts au départ du feu vert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Contraste entre ces immenses buildings IMG_1967

  • et les multiples petits magasins : façades de 5 mètres de large. En bas, les magasins qui vendent de tout , 

  • aussi bien des scooters que des fruits ou des habits; en haut, le logement.

 

 

 

  • Il y a encore de très nombreux petits métiers qui représentent 70% de l’économie nationale.

    Est-ce là une raison de la force et du développement du pays ?

  • Les hommes sont toujours servis avant les femmes car ce sont encore eux qui sont considérés comme les plus importants.

  • Le culte des ancêtres est encore très important. D’où le grand respect des personnes âgées dont nous avons joui. Dans les métros et les bus, il y a 2 places bleues dans chaque wagon pour les femmes enceintes, les personnes handicapées et âgées. Il est bien agréable là-bas d’avoir des cheveux blancs !

  • Les quais de métro et leurs abords sont d’une blancheur immaculée car il est strictement interdit d’y manger ou d’y apporter une boisson sous peine d’amende. Des lignes blanches marquent la file qu’il faut faire pour entrer  ; donc pas de bousculade. Si vous vous hasardez en dehors, vous êtes suivis de plusieurs paires d’yeux noirs !

  • A Taipei, certaines arrivées de métro débouchent à l’intérieur de grands magasins.

 

 

  • Le culte des ancêtres est encore très important. D’où le grand respect des personnes âgées dont nous avons joui. Dans les métros et les bus, il y a 2 places bleues dans chaque wagon pour les femmes enceintes, les personnes handicapées et âgées. Là-bas, il est tout-à-fait confortable d’avoir des cheveux blancs !

  • Dans des hôtels chics et chers, nous avons remarqué nombre de très jeunes couples qui semblent fortunés.

  • La soupe est servie en fin de repas et à volonté.

    Stupid Ice tea

    Enfin, le sourire est universel et le soleil toujours présent.

 

 

Oui, tout est bien différent de chez nous et il fait bon vivre à Taiwan.