Ode au …

Ode au …
Ode au …

On ne parle que de lui.

Invisible et menaçant

Tout le monde s’inquiète

Car on ne sait vraiment que faire pour s’en débarrasser, ni combien de temps il va s’incruster.

Il change tout dans nos vies, il les bouleverse

au point de vue professionnel, familial, scolaire , etc.

Qui aurait pu imaginer pareil désert sur nos autoroutes, nos aéroports, nos plages, nos rues, dans nos universités, nos écoles et surtout… nos relations.

Ne plus pouvoir toucher, embrasser, serrer la main, toucher l’épaule.

Et pourtant quelque chose de nouveau apparait étonnant et fort.

La ressemblance entre tous les êtres humains

Leur égalité : riches et pauvres jaunes, blancs et noirs sont tous touchés ou vulnérables et tremblent devant le même péril.

Plus rien n’a d’importance si ce n’est LA VIE : la richesse, la beauté, la réussite, les voyages deviennent secondaires.

LA VIE, LA SEULE CHOSE QUI COMPTE

ET l’on prend conscience de notre folie, de notre avidité qui nous a conduit à ce monde interconnecté. Nous nous rendons compte que nous n’avons pas besoin d’avoir des fleurs du Chili, des haricots du Kénya, d’autruches ou de crocodiles dans notre assiette. Que ce qui est à proximité est beau et bon.

Une pensée s’impose à notre esprit : quelque chose doit changer à l’avenir.

Tous égaux devant la vie

«  «  «  le même péril

Tellement semblables que nous redevenons frères.

Les gens s’unissent pour prier à travers les frontières.

Une nouvelle fraternité s’est mise en place pour aider .

L’ imagination est en action sur Internet pour procurer musique, détente, art et philosophie.

Pas de pénurie de coopération, de solidarité et d’amour.

Si cela pouvait demeurer dans notre intelligence et notre coeur pour changer notre monde quand le virus se sera désintégré…

One Response »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *